Vous ne parvenez pas à communiquer avec vos collaborateurs plus jeunes (et voilà comment faire)

La génération des « Millenials » transforme l’environnement de travail de nombreuses façons, mais l’un des changements les plus importants est sa préférence en matière de communication.

Cependant, de nouvelles études menées par TechSmith révèlent que de nombreuses entreprises ne parviennent pas à s’adapter aux préférences des collaborateurs pour les formes de communication plus visuelles.

TechSmith développe depuis plus de 25 ans des solutions logicielles qui aident les entreprises et les individus à créer des supports visuels et à les utiliser pour communiquer. Ainsi, quand nous avons décidé de mener des études sur la valeur de la communication avec des visuels, nous avons anticipé les résultats probables :

  • Les gens (particulièrement les plus jeunes) préfèrent les communications qui incluent du contenu visuel.
  • Les gens comprennent et travaillent mieux quand on intègre des visuels, particulièrement pour les idées complexes.

Cependant, les résultats de l’étude étaient encore plus impressionnants que prévu. Ils soulignaient à quel point les visuels aident tout le monde, et non pas uniquement les jeunes collaborateurs, à comprendre les idées complexes, à retenir les informations et exécuter les tâches.

Les résultats

Dans une étude portant sur 4 500 employés de bureaux, répartis sur six régions, nous avons découvert que les collaborateurs les plus jeunes ont tendance à préférer les contenus plus visuels dans leurs communications. Ils sont beaucoup plus enclins à utiliser le contenu visuel pour communiquer durant leur temps libre (pensez à Instagram, Snapchat, Facebook, etc) et préféreraient avoir plus de contenus visuels au travail.

De plus :

  • Les personnes issues de la génération millénium ont deux fois plus tendance à utiliser des méthodes de communication plus visuelles au travail que les baby-boomers.
  • Plus de 64 % des milléniums affirment qu’ils comprennent les informations plus rapidement avec une communication visuelle, contre seulement 7 % qui ne font pas de différence.
  • 58 % affirment qu’ils retiennent mieux l’information lorsque celle-ci a été communiquée de manière visuelle, contre seulement 8 % pour qui ce n’est pas le cas.
  • Plus de 54 % disent qu’ils retiennent mieux les informations à partir du contenu visuel qu’à partir de texte brut, contre seulement 9 % pour qui ce n’est pas le cas.

Les sociétés ne parviennent pas à communiquer avec les collaborateurs plus jeunes

L’étude a aussi révélé que les entreprises manquent le coche quand elles essaient de communiquer avec les collaborateurs plus jeunes : en effet, 44 % des gens issus de la génération millénium affirment que la communication dans leur entreprise est dépassée, contre seulement 29 % qui pensent le contraire.

Étant donné que la génération millénium constitue désormais la majeure partie de la force de travail, cela peut devenir un vrai problème pour les entreprises.

Les contenus visuels aident à peu près tout le monde, pas seulement les gens issus de la génération millénium

Mais cela va plus loin qu’une simple affaire de préférences. Notre étude a révélé que le manque de communication visuelle menaçait la productivité et le niveau d’engagement. Et ce, non seulement avec les gens issus de la génération millénium, mais également avec des collaborateurs de tous les âges. En d’autres termes, tout le monde tire bénéfice de communications plus visuelles.

Notre étude, qui porte sur 125 employés de bureau exécutant des tâches concrètes, a montré que les communications comportant des contenus visuels, tels que les captures d’écran, les vidéographies ou les vidéos, sont meilleures, plus rapides et plus engageantes que les communications sous forme écrite uniquement pour presque tout le monde sur le lieu de travail. Les gens sont plus productifs et se sentent plus impliqués qu’avec un texte brut. Et cela pourrait booster la productivité.

Dans les faits :

  • Les deux tiers des collaborateurs (67 %) effectuent mieux leurs tâches lorsque les informations comportent du texte avec des images (captures d’écran) ou des vidéos que lorsque les communications ne comportent que du texte.
  • Les employés mettent 7 % de temps en moins pour intégrer l’information lorsque celle-ci est communiquée au moyen de texte et d’images statiques que lorsque la même information est communiquée sous forme de texte seulement.
  • Dans l’ensemble, les sociétés verraient leur précision augmenter de 8 % en utilisant des textes associés à des visuels, ainsi qu’une augmentation de 6 % en utilisant des vidéos.

À l’échelle des tâches individuelles, une augmentation de 7 ou 8 % peut paraître dérisoire. Mais que se passe-t-il si l’on y pense en termes d’une journée, d’une semaine ou d’une année complètes de travail ?

Soudainement, tous ces petits gains de productivité commencent à s’accumuler. Et encore, on ne compte que pour un employé. Que se passe-t-il si vous avez 200 employés ? 2 000 ? 10 000 ?

Dans ces proportions, cela pourrait causer de graves ennuis aux sociétés ne parvenant pas à s’adapter.

Notre méthode de recherche

TechSmith aide tout le monde à créer des vidéos et images professionnelles et percutantes pour communiquer et partager ses connaissances avec les autres. Il est donc particulièrement important pour nous de savoir si nos produits aident vraiment les personnes à faire ce qu’elles doivent faire. Une analyse de notre base d’utilisateurs aurait fourni des résultats, mais uniquement concernant des personnes qui créent déjà des images et des vidéos.

Nous avions besoin de données tangibles, indépendantes et vérifiables sur la façon dont les contenus visuels tels que les captures d’écran, les vidéographies, les images et les vidéos améliorent la communication pour les entreprises du monde entier. Ces résultats de recherche particuliers sont basés sur les deux types de recherche suivants, qui ont été menées par des sociétés de recherche externes :

L’étude en laboratoire scientifique

Le test en laboratoire scientifique a été mené sur 125 employés de bureau en janvier 2018, par le chevronné docteur en économie comportementale Alastair Goode.

Scénarios :

Il a été demandé à chaque participant de réaliser trois tâches de bureau quotidiennes :

  • Publier un statut sur un site web
  • Télécharger une nouvelle application
  • Remplir une note de frais

Méthode d’instruction :

Pour chaque tâche, un tiers des participants au test ont reçu une communication avec, au hasard, l’une des méthodes d’instruction suivantes :

  • Texte brut (par exemple, un email composé uniquement de texte)
  • Texte avec images statiques (par exemple, un email avec du texte et des captures d’écrans annotées de la tâche à accomplir)
  • Vidéo (par exemple un enregistrement du déroulement de la tâche avec un commentaire audio)

La compréhension, la mémorisation et la vitesse de chaque participant ont été mesurées et les résultats de chaque type de communication ont été comparés. Le niveau d’implication des participants a également été examiné et ces derniers ont été interrogés sur la facilité d’utilisation.

Le sondage d’opinion

Pour le sondage d’opinion d’entreprise, l’étude a porté sur 4 500 employés de bureau à travers six pays/régions en décembre 2017, notamment : l’Australie (500), le Canada (500), la zone Allemagne-Suisse-Autriche (1 000), la France (500), le Royaume-Uni (1 000), et les États-Unis (1 000).

Les données générationnelles ont été analysées, en fonction de l’âge et du sexe (découpées par génération : Avant 1928, 1928-1945, 1946-1964, 1965-1980, 1981-1997).

Comment les entreprises peuvent-elles ajouter plus de contenus visuels dans leur communication ?

Changer n’est pas facile. Mais il existe de nombreuses manières de commencer à ajouter des contenus visuels, qui ne demandent pas de changer de culture.

Plusieurs articles sur notre blog peuvent vous donner des idées sur la façon de créer et d’utiliser les captures d’écran :

Et ensuite ?

Suivez-nous sur Twitter et inscrivez-vous à notre newsletter pour en savoir plus et assurez-vous de ne pas manquer les autres résultats de recherche que nous publierons courant 2018.

 

29 mai 2018